fbpx

Il n’y a pas que dans notre alimentation que les mauvaises habitudes sont difficiles à briser. Parfois, sans s’en rendre compte on suit et répète le même cycle vicieux où une mauvaise décision en entraîne une autre. Cela se poursuit jusqu’à ce qu’il ne reste plus de temps pour changer la donne, et qu’on ne puisse plus rien faire à part avoir des regrets.

Prenons l’exemple de quelqu’un qui enchaîne les activités mais ne termine jamais ce qu’il commence.
Il se met à une énième activité : la danse. C’est beau, c’est physique, ça lui permet de s’évader et de vivre la musique. Dans les premiers temps, il progresse facilement parce que les bases sont accessible à n’importe qui.

Mais la difficulté augmente. Son corps n’arrive pas à suivre la musique qui devient de plus en plus complexe à comprendre, ses jambes sont trop lourdes, les mouvements sont de plus en plus sophistiqués et il a besoin d’y consacrer des heures pour maîtriser ne serait-ce qu’un seul pas.

Il sait qu’il doit fournir plus d’efforts pour avancer. Mais il doute de ses capacités, il a peur d’avoir l’air d’un idiot à se tromper et trébucher tout le temps. Il se décourage et commence à imaginer des excuses : « C’est pas pour moi », « J’ai envie de faire autre chose de toutes façons, comme le hockey ! », « Au fond, ça sert pas à grand chose ! », etc…

Il passe à une nouvelle activité parce que « Il aime essayer plusieurs choses différentes… ». C’est un touche à tout, qu’il dit.

Sauf qu’à force, c’est frustrant de ne jamais terminer ce qu’on commence. Et il n’a certainement pas envie de finir vieux et aigri.